Mosaique La Tesselle d'Or

Vous êtes ici > Accueil > Technique

Un peu de Technique

Couleurs Matériaux, outils Pose des tesselles Méthode directe Méthode directe sur filet Méthode indirecte Finitions, joints

L'art de la Mosaique consiste à assembler différents éléments de façon à obtenir une image.

Ces éléments sont appelés des "tesselles". Les tesselles sont généralement de petits cubes de pierre, marbre, émaux, verre, galet.
Tout autre matériel peut-être utilisé dans la mosaique : assiettes cassées, petits cailloux, coquillages, ardoise, miroir cassé, bois... l'imagination et les sources n'ont pas de limite !

Les couleurs

Définir des couleurs pour sa future mosaique est un choix tout à fait personnel ! Il y a cependant quelques règles à respecter.

Il faut distinguer la teinte, qui est le nom donné à la couleur (rouge, vert, bleu...) et le ton qui varie selon que la couleur est claire ou foncée.

Deux teintes aux tons identiques peuvent s'harmoniser parfaitement. Mais attention ! n'utiliser que des tons clairs ou des tons foncés affadit l'ensemble ! Les motifs ne vont pas se démarquer.
Il est donc important d'apporter un contraste en ajoutant un ton foncé parmi des tons clairs, ou inversement.

Mélanger des couleurs chaudes (rouge, orange, jaune) à des couleurs froides (bleu, vert, violet) donne de bons rendus à vos mosaiques.

Donc, LA règle à retenir : jouer avec les contrastes !
Il serait dommage d'avoir passé beaucoup de temps à réaliser une mosaïque et de se rendre compte que son motif jaune, ne ressort pas sur un fond blanc !

Pour plus d'information sur ce sujet, allez faire un tour sur ce site qui explique la théorie des couleurs.

Haut de page

Matériaux, Outils, Coupe

Les matériaux les plus souvent utilisés dans la mosaique sont : les émaux de Briare, les smaltes vénitiens, le marbre.

Les émaux de Briare

Ces émaux existent dans différentes formes et tailles, mais les tesselles utilisées dans la mosaïque font 25mm x 25mm avec une épaisseur d'environ 3mm.

Très brillants, ces émaux existent dans environ 35 couleurs différentes (voir la palette des couleurs). Ils se coupent très facilement et sont un matériau idéal pour débuter dans la mosaïque !

Ces émaux sont fabriqués dans la ville de Briare, à une cinquantaine de kilomètres d'Orléans. Briare fabrique également une gamme de tesselles colorées mates.


Les émaux de Briare se coupent avec une pince japonaise ou pince pour mosaïste.

Pince japonaise pour mosaïste

La pince japonaise n'est pas une pince à carreleur, ses mâchoires sont droites et parallèles, ce qui permet une plus grande précision dans la coupe des tesselles (on peut utiliser les bords des mâchoires pour "rogner" les tesselles).

Les deux mâchoires ne doivent pas se toucher afin d'éviter un éclatement de la tesselle, les coupes doivent être nettes ! Enfin, les extrémités des mâchoires sont en carbure de tungstère pour une meilleure résistance à l'usure.

Les coupes réalisées avec la pince japonaise peuvent être très précises : cercles, demi-cercles, carrés, triangles, losanges, coupes concaves, convexes.... l'utilisation de la pince japonaise demande quand même un peu de pratique , mais après quelques heures, tout devient plus facile !

La pince japonaise peut aussi servir à couper de petites tesselles de marbre, même si la marteline et le tranchet restent mieux adaptés à la découpe du marble.

Les smaltes vénitiens

Les smaltes ne sont pas des pâtes de verre, mais bien des émaux.
Ils sont fabriqués en Italie et plus particulièrement à Venise. C'est une grande tradition venue de la période byzantine.
Les smaltes sont fabriqués sous forme de galettes d'un diamètre d'environ 25cm et d'une épaisseur d'environ 1cm. Ils sont ensuite recoupés dans différentes tailles. La taille la plus commune pour la réalisations de mosaïque est une tesselle d'environ 1cm x 2cm (épaisseur environ 0,6cm). Toutes ces tesselles sont encore taillées à la main et leurs dimensions varient souvent de quelques millimètres.

Les smaltes existent en de très nombreux coloris et tons (plusieurs centaines...), vous pouvez en voir un échantillon dans la palette des smaltes de ce site.


Les smaltes vénitiens (comme le verre ou le miroir) se coupent avec une pince à molettes (ou une pince zag-zag).

Pince à roulettes pour mosaïste

La pince à molette (voir photo) se trouve moins facilement que la véritable pince zag-zag. Le principe est le même (deux roulettes de coupe), l'avantage de la pince à molettes présentée est qu'elle offre une ouverture plus grande et facilite la coupe de tesselles de plus grande épaisseur.

La pince à molette (comme la pince zag-zag) permet des coupes nettes, les smaltes, tesselles de verres ou de miroir ne s'éclatent pas.
Les roulettes sont en carbure de tungstère pour une meilleure résistance à l'usure.

...pour commander cette pince à roulette

Les coupes réalisées avec la pince à molette (ou pince zag-zag) ne permettent pas des coupes très précises comme des formes concaves.

Ne jamais couper de marbres avec la pince à molettes !

Les marbres

Le marbre est un matériau naturel, noble, il est associé à des mosaïques de belle qualité.
Roche cristaline, dure et résistante, elle convient parfaitement pour les mosaïques de sol.
Les coloris des marbres ne sont pas vifs (voir la palette). Les tons sont doux : blancs, crèmes, gris, roses, rouges, verts, bleus, noirs...

Les marbres se coupent avec une marteline et un tranchet.

Marteline pour mosaïste

La marteline, sorte de marteau à bouts pointus, est l'outil du mosaïste ! elle s'utilise avec un tranchet.

Il existe des martelines plus ou moins lourdes, adaptées aux marbres ou aux smaltes.
Il est préférable d'utiliser une marteline dont les pointes sont renforcées en carbure de tungstène.
Un tranchet en acier est suffisant.

L'utilisation de la marteline et du tranchet n'est pas simple et demande un peu d'expérience. Cependant après quelques heures de pratique, les coupes devient plus précises et ces outils deviennent vite incontournables.
La marteline permet des coupes que n'autorise pas la pince japonaise !

Alors, si vous souhaitez utiliser du marbre et faire des réalisations soignées : La marteline et le tranchet sont indispensables !

Haut de page

La pose des tesselles

En règle général, il vaut mieux commencer une mosaique par le motif central, les tranches et les bordures (si vous faites une frise), et enfin terminer par le fond.

La pose des tesselles est question de goût, tout... ou presque... , est autorisé !

Vous pourrez réduire l'espacement entre les tesselles pour un travail plus fin. Les joints seront alors très fins. Vous pouvez aussi espacer un peu plus vos tesselles, les joints feront partie du décor... la seule règle est de ne pas mélanger des joints larges et des joints fins... pensez toujours à garder une unité !

Le type de disposition des tesselles s'appelle un "opus".
Les opus sont généralement utilisés pour les fonds.

De nombreuses possibilités sont offertes, il est intéressant de bien réfléchir à l'opus que l'on souhaite utiliser pour une mosaïque avant de commencer. Mais rien n'empêche d'utiliser plusieurs opus pour une même mosaïque tout en n'en abusant pas.

Voici quelques opus :

Opus Regulanum

Les tesselles sont disposées régulièrement. Ce motif donne de la lourdeur à la mosaïque, il n'est pas conseillé.

Opus Regulanum

Opus Tessellatum

Les tesselles sont disposées en rangées horizontales, mais sont décalées.
Les rangées ne doivent pas coïncider entre elles.

Opus Tessellatum

Opus Palladianum

Les tesselles sont disposées de façon très irrégulières.
Cette disposition charge le motif, mais lui donne beaucoup de dynamisme.

Opus Palladianum

Opus Musivum

Les tesselles du fond suivent les contours du motif.
Cette disposition donne beaucoup d'énergie et de mouvement au motif.

Opus Musivum

Motif en éventail

Ce motif n'est pas un opus à proprement parler.
Il donne un mouvement intéressant dans certains fonds.

Motif en éventail

Bordure du motif

Quel que soit l'opus choisi pour le fond, il est conseillé de réaliser une bordure d'un rang autour du motif.
Cette bordure "souligne" le motif et le fait ressortir du fond.
Il le met ainsi en valeur.

Bordure du motif

Haut de page

Méthode directe

La méthode directe consiste à coller directement les tesselles sur le support.

Le dessin est reproduit sur le support (généralement une plaque de bois) et les tesselles collées à l'endroit en suivant le motif.

Pour un support en bois, ou en terre cuite, la colle utilisée peut être une colle à bois. Pour un usage extérieur, il est préférable de choisir du contreplaqué marine et une colle à bois de qualité extérieur.

La colle à bois est généralement utilisée pour coller les émaux de Briare, les pâtes de verre, les céramiques, le miroir.

La méthode directe peut également être utilisée avec des marbres et des smaltes vénitiens, il faut alors coller les tesselles avec un ciment colle à carrelage.
Les marbres ou les smaltes utilisés en méthode directe ne permettent pas d'obtenir une surface plane (ces matériaux étant d'épaisseur différentes).

Haut de page

Méthode directe sur filet

Contrairement à la méthode directe, les tesselles ne sont pas collées directement sur le support, mais sur un filet de fibre de verre.
Quel que soit le matériau utilisé, la colle peut être une colle à bois. Plus tard la mosaïque sera fixée dans un mortier ou un ciment colle.

Réaliser une mosaïque est un travail très long. Le temps dépend notamment de la taille de la mosaïque à réaliser et de la complexité du motif.

La méthode directe sur filet est intéressante car elle permet de travailler sur de grandes surface dans son atelier, puis de livrer la mosaïque telle que, prête à poser. Le temps de pose chez le client est alors limité.

Il ne reste plus alors qu'à l'incruster sur un mur (ou un plan de travail si l'on a utilisé des émaux de Briare ou des pâtes de verre d'épaisseurs égales) en le posant directement sur un lit de mortier.

Le Chat réalisé pour une cuisine a été fait selon la méthode directe sur filet. Le filet est en fibre de verre, ce qui le rend imputrescible et permet donc de le laisser dans le travail final.

Haut de page

Méthode indirecte

La méthode indirecte consiste à coller provisoirement les tesselles à l'envers sur un papier kraft ou de la tarlatane (un tissu très fin genre mousseline).
Le motif est lui même reproduit à l'envers !

La colle utilisée est une colle à base de farine ou toute autre colle hydrosoluble.

Lorsque la pose des tesselles est terminée, il faut réaliser un coffrage et y couler du mortier. Un fois l'ensemble complètement sec, la mosaïque peut être retournée, jointée et nettoyée.

L'avantage de cette méthode est d'obtenir une surface complètement plane. Elle est très intéressante pour des plateaux de table ou des dalles de sol réalisés avec des matériaux d'épaisseurs différentes.

Haut de page

Finitions - joints

Les joints unifient l'ensemble du travail, ils sont un élément déterminant dans l'aspect final de la mosaïque.

Le choix des couleurs des joints est très important. Une fois posé, le joint ne peut plus être modifié !

Les couleurs qui rendent un meilleur résultat sont le gris et la couleur sable. Attention au blanc qui affadit facilement la mosaïque et aux joints de couleurs. Ils peuvent prendre toute l'attention visuelle et dégrader la mosaïque en elle-même.

Les joints ont pour autre avantage de combler les interstices entre les tesselles et d'éviter l'incrustation de poussières ou autres dépôts.
Les tables ou sols en mosaïque de marbre doivent également être imperméabilisées.

Enfin, toutes les mosaïques n'ont pas besoin d'être jointées. Les mosaïques décoratives notamment peuvent ne pas l'être.
Par ailleurs, en raison de leurs épaisseurs variables, les mosaïque en smaltes ne doivent pas être jointées.

Haut de page

Auteur et responsable du contenu du site - Magali Colin
© La Tesselle d'Or 2005-2012 -- Toute reproduction totale ou partielle est interdite sans l'accord de l'auteur --

Plan du site --- Contact

Classement de sites - Inscrivez le vôtre!